MOBYDICK - Plongée dans l'océan austral

 

Le rôle des organismes vivants dans la capacité des océans à absorber le CO2 atmosphérique reste très mal connu, notamment dans les zones hauturières. L'Antarctique occupe une place particulière car cet océan polaire est le siège d'une pénétration intense du CO2 liée aux basses températures de ses eaux.

Dans ce contexte, MOBYDICK a pour objectif d’étudier les liens qui existent entre la pompe biologique du carbone et la structure du réseau trophique en Antarctique. Pour résoudre ce problème, MOBYDICK propose une nouvelle approche en considérant l'ensemble du réseau trophique, des microbes aux prédateurs supérieurs, et en explorant les relations jusqu'ici mal étudiées entre les flux biogéochimiques (CO2 notamment) et la biodiversité pélagique. L'ensemble de données requis pour tester les hypothèses proposées dans MOBYDICK a été acquis lors d'une campagne océanographique qui s'est déroulée au large des îles Kerguelen en février-mars 2018.

Dans cette zone bien documentée, deux écosystèmes contrastés «Basse biomasse faible exportation» et «Haute biomasse faible exportation» coexistent. MOBYDICK a réuni un consortium international pour mettre au point un large éventail de techniques de détermination des stocks, des flux et de la biodiversité, qui sont rarement utilisées simultanément. Les résultats constitueront un premier jalon pour une connaissance fondamentale des processus importants; ils fourniront également des informations essentielles pour la gestion durable de ces écosystèmes vulnérables dans le contexte du changement climatique en cours.

Pendant MOBYDICK, nous avons déployé pour la première fois un goulet d'étranglement en mer. Ce dispositif est un réseau de plancton de 20 µm inséré dans une bouteille Niskin et permet de filtrer et de concentrer un très grand volume d'eau dans l'océan profond pour étudier la nature des particules qui se déposent.

Étonnamment, les particules qui s'enfonçaient à la fin de la saison estivale avec cet appareil étaient largement dominées par des cellules diatomées simples, comme des frustules vides, des débris de valve cassés et des spores de repos. Les granulés fécaux étaient rares et dominés par des mini-granulés (30-50 µm) probablement générés par les Phéodariens qui paissaient abondamment sur les diatomées.

Des analyses chimiques, microscopiques et par code métabolique sont en cours d'analyse pour chaque échantillon de réseau de goulots d'étranglement et seront comparées aux communautés planctoniques de surface.

 

Le Site                                           Twitter

Une grande diversité des organismes planctoniques

Corethron inerme
Chaetoceros criophilum
Chaetoceros atlanticus
Fragilariopsis kerguelensis
Asteromphalus parvulus